Publié par : youcefallioui | juillet 21, 2012

La littérature orale kabyle – Conférence à Montréal le 26 mai 2012

Conférence à Montréal le 26 mai 2012 :

La littérature orale et la mythologie kabyles

Introduction 

Le hibou a dit : « La langue tue et ressuscite » (yenna-yas bururu : « iles ineqq iheggu. ») (Sagesse du dit des oiseaux).

Le mythe et le conte selon mon père : exorde d’une autre interprétation :

Mon père : « On ne doit jamais raconter aux  étrangers nos contes et nos mythes ainsi que tout ce qui nous vient des anciens avant de leur avoir expliqué d’où tout cela vient, comment il a été créé et pourquoi les anciens l’avaient créé ? Un mythe n’est que des mots, de simples mots pour un étranger ; pour nous c’est une prière, une invocation, une imploration, une croyance qui est irriguée  par un peu de notre sang. Chacun de ces récits est un message de nos pères, de notre terre ; par conséquent, un message de notre Dieu, du Souverain Suprême (Agellid Ameqqwran).   

« L’étranger ne doit être au courant de tout cela – tout comme ceux des nôtres qui sont promptes à douter de notre héritage, tout simplement parce qu’ils ont reçu un enseignement dans d’autres langues que la nôtre – ne doivent entendre ou lire ces histoires, qui sont autant  de conjurations à cause du mauvais sort qui a frappé le peuple kabyle – qu’une fois que ceux qui détiennent un peu de notre sagesse leur aient expliqué les fondements de ces mots qui nous ont permis de travers les siècles. Notre langue n’est plus seulement un outil qui transporte le sens à travers les mots ; elle est notre dernier secours, notre dernier rempart contre les menaces extérieures qui utilisent justement d’autres mots, donc d’autres langues. Qui a une langue à lui se sent plus en sécurité, sinon il disparaît en tant qu’être humain différent. Ne subsisteront donc que les peuples qui auront su conserver leur langue. Chacun de nous doit s’interroger sur tant de Kabyles et de Berbères qui, en perdant l’usage de leur langue première, s’acharnent à faire disparaître ceux des leurs qui parlent encore la langue de leurs ancêtres. »

Mon père concluait par ses mots : « Nous faisons parler le monde, la nature, les animaux, les oiseaux et même les insectes pour que chacun comprenne que la langue est un être vivant. Elle est l’âme et le souffle du peuple qui la parle[1]. »

Il  faut donc comprendre  que dès qu’une langue meurt, son peuple disparaît et prend l’apparence d’un autre car il se désigne par d’autres mots, appartenant à une autre langue. C’est ce qui est arrivé à la majorité des Imazighen qui ont été arabisés.

Nous devons ces vidéo-conférences ont été au jeune Hace Mess – de la confédération des At Yedjer (village ancestral et illustre des anciens forgerons kabyles : Ihittousen).

Première partie : http://www.youtube.com/watch?v=z0GvUpKbppg&feature=youtu.be

Deuxième partie : http://www.youtube.com/watch?v=a0nKrWlWpyo&feature=youtu.be

Troisième partie : http://www.youtube.com/watch?v=LOO1DdtOBF0&feature=youtu.be

Quatrième partie : http://www.youtube.com/watch?v=XHJ8XPzCqqk&feature=youtu.be

Cinquième partie : http://www.youtube.com/watch?v=I-gAHwqD9sY&feature=youtu.be

Sixième partie : http://www.youtube.com/watch?v=ADsF4o15jbQ&feature=youtu.be

Septième partie : http://www.youtube.com/watch?v=xmxN4OAnWOY&feature=youtu.be

Huitième partie : http://www.youtube.com/watch?v=k1sncR20f6Y&feature=youtu.be

Neuvième partie : http://www.youtube.com/watch?v=Vt7UG9_04NY&feature=youtu.be

_________________________________________________________

[1] Le fabuliste kabyle Slimane Azem a notamment utilisé la psychologie et la sociologie animales et notamment les oiseaux pour stigmatiser l’oppression dont fait l’objet la langue amazighe depuis l’indépendance de l’Algérie. Plusieurs de ses pièces sont consacrées à l’oppression que subissent les Kabyles et à l’aliénation linguistique, notamment celle dont le titre est « le perroquet » (baba-ghayu), du grec psittakos qui renvoie au psittacisme, psychopathologie dont souffrent notamment les enfants berbères qui subissent de plein fouet l’arabisation aveugle et anarchique du système éducatif mis en place par l’idéologie arabo-islamique.

Publicités

Responses

  1. azul mass Allioui,
    vous avez tout à fait daison.moi j ai 38ans vivant depuis 5 ans dans un pays ou l anglais et l espagnol sont l ecrasante langues dominantes.je me debrouille assez bien en anglais, mais j essaye de faire des amelioration dans ce monde où personne ne se soussi de toi, où il est tres rare pour ne pas dire pas du tout d entendre qlq un parler berbere.alors c est à ce moment là que je me pose cette question, jusqu à quand je vais m approfondir dans ces langues etrangéres, et oublier ma langue, celle dd mes ancetres, celle qui bercée l enfance.
    mes amis d alverie, certes il connaissent l importance de tamazight, mais ne le savent pas correctement car s ils vivent à l etranger c est là qu ils prendront plus conscience de l importance de prendre soins de notre heritage linguistiq et culturel.en tout cas je leur ai dit, par telephone qu il est temps (peut etre tard) d essayer d ecrir, chercher comme vous le faites dans le ppatrimoine, en donnant plus de consideration à nos peres grand pere meres et grands meres.ces jeunes ont frequenté les université malgré que le niveau a chuté, selon les specialistes,d ailleur il n est pas besoin ds specialistes pour le constater telment c est flagrant, mais ça ne les empeche pas d utiliser des regles elementaires pour ecrire, sauver ce qu on peut, c est l urgence.
    on ne veut pas que notre sort ressemble à celui de ces autochtones d americ latine qui parlent espagnol, et qui s assimilent aux occidentaux et qui ce sont totalment acculturé. meme cas pour les afro-americains, et meme ces latino qui ressenblent aux berberes physiquement, mais qui n ont rien de berbere linguistiquement et culturelment à une certaine limite, apart queque geste de la main ou bras qui leur reste jusqu à present comme heritage venant des berberes qu ils étaient à une certaine époque trés tres lointaine, et qui ne le savent meme pas.la langue espagnole contient bocoup de mots d origine berbere et arabe, comme
    « aceite » : l huile en arabe.
    « manehar » : en berbere « anhar » (conduire), le « h » est prononcé exactsment de la meme façon.
    « dondé? »: où ? (en français), « anda? » (en amazigh).
    « ruéda »: une roue, on dit en amazigh « rroda »ou roudha, rodha.je me demande si ça ne vient pas de l arabe « douira » , dewira, daira, c est a dire une forme ronde???!
    il y a aussi un prenom tres utilisé « omar » mais ils ne savent pas que sont origine est arabe .
    j ai aussi entendu un prenom berbere chez une cubaine d origine « Idyra »qui est femin de « idyr ». j en ai oublié d autres mots q jai pas pu enregistré faute de condition sociales assez defavorables pour une recherche serieuse.

    tanmirt,
    amazighement.

  2. Azul Mass Allioui,
    tanmirt ik s watas af tririt ik, id yetsaken asirem ig tsekksen lxiq ladgha i wid yellan g tmura tivaraniyin.
    vous m avez repondu dans un autre preumier message.merci bien et tres bonne continuation, reservez bocoup d energie afin que cette generation puisse comprendre votre message qui renferme un amour réel de notre civilisation qui est certaine grace à ses vestiges, et à son oral sa culture..etc
    nous savons que le chemin n est pas facil car le pouvoir qui est sensé là proteger, là developer et lui donner sa place qu elle mérite, c est lui meme qui encourage à sa disparition.
    mais, comme vous dites et disaient les anciens  » agellid ameqwran » ne nous laissera pas.
    tanmirt s watas.
    Au revoir


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :