Publié par : youcefallioui | janvier 12, 2017

De La Mère-du-Monde (Yemma-s n Ddunnit) chez les Kabyles

A PROPOS DE LA MERE DU MONDE (YEMMA-S N DDUNNIT)
Et de la mythologie kabyle…
Azul a Mohand !
Vous dites que beaucoup « me pompent » à travers ce que j’écris sur mon blog ; et notamment en ce qui concerne Yennayer et quelques aspects de notre mythologie comme « Yemma-s n ddunnit » ; et vous vous élevez contre le fait que je ne sois jamais cité… ou presque !
Yennayer appartient à tous les Imazighen, voire tout le monde ; et chacun en possède une certaine connaissance. Car Yennayer peut différer d’une région à une autre, d’un Arch à un autre, voire même d’un village kabyle à un autre et j’irai encore plus loin, en vous disant de façon sûre et certaine que cette fête divine et bénie se passe aussi différemment d’une famille à une autre… Ce que je raconte – et que d’aucuns reprennent à leur compte – est donc propre à ma famille ! Les mythes me viennent de mes parents et de mes grands-parents ainsi que de certains sages de mon village.

De la transmission orale (TAXERDA)

Mon père avait l’habitude de dire :  » La transmission orale, ce n’est pas du vol ! » (Taxerda macci d takwerda !) Comprenne qui pourra !

J’ai pu bénéficier des savoirs de beaucoup de sages de ma tribu… Et ce grâce au respect que je portai d’abord à mon père de qui j’étais très proche. Les sages l’avaient surnommé « La poutre de l’arch » (Ajeggu n lâarc), c’est dire ce que mon père « valait » à leurs yeux.

Monsieur Bouguermouh (père de mon ami Abderrahmane, cinéaste fort connu), disait en pleine Assemblée à un vieux qui voulait « donner des leçons de kabyle » : « Celui qui veut entendre la langue kabyle, qu’il aille voir Mohand Améziane Ouchivane ! »

Quand nous avions quelque difficulté à dire les choses, mes frères et moi, mon père nous reprenait en disant d’un ton ferme : « Mes enfants, donnez de la hauteur aux mots ! » (A tarwa, fket lqedd i wawal ! » C’est ainsi que nous avons été élevés : dans une école kabyle d’excellence !

 
Je sais donc qui m’a pompé et qui ne l’a pas fait… Car dans une transmission culturelle familiale (taxerdha, comme on dit en kabyle, ou plus exactement dans la métalangue dite tahutzit.
S’agissant de Yemma-s n ddunnit, il est facile de voir si quelqu’un « m’a pompé » comme vous dites ou non… Il suffit de voir s’il connaît le mythe qui en parle… S’il sait raconter ce mythe ; c’est-à-dire, comment les anciens Kabyles le racontent et la démarche qu’il faut respecter…
D’ailleurs, ce sont les mêmes règles qui président quand on veut parler de Yennayer… Si cette personne ne connaît rien de ces règles fondamentales et obligatoires – car il est question à travers Yennayer et la Mère du Monde – de récits sacrés -, cela signifie qu’il m’a effectivement « pompé ».
Il y a environ 700 pages sur mon blog et plusieurs articles où je parle de Yennayer et de récits sacrés, comme celui qui parle de « La Mère du Monde » (Yemma-s n Ddunnit).
J’aurai pu faire en sorte que ces articles ne puissent pas être imprimés… Mais, bien au contraire, je voulais les mettre à la disposition de tous. D’aucuns m’écrivent pour me remercier… C’est donc pour ces personnes-là aussi que ce travail est ouvert à tous.
Je vais vous raconter une anecdote : « Nous étions en cours de linguistique à la Sorbonne avec le grand professeur et défenseur de la langue amazighe, Louis-Jean CALVET. Ce fut ce grand érudit nous avait décomplexés par rapport aux notions, parfois idéologiques, de « langue » et de « dialecte ».
Auteur, entre autres, de livres indispensables, qu’il faut absolument lire : « Linguistique et colonialisme », « Les langues véhiculaires », « Pour et contre Saussure ».
Un camarade (Kaci) lui posa un jour cette question : « Monsieur, j’ai lu un ouvrage où l’auteur a repris à travers plusieurs paragraphes ce que vous avez écrit ; mais il ne vous a jamais cité ! »
ET que lui répondit monsieur Louis-Jean CALVET : « Mais, cher ami, c’est comme ça que les hommes et la science avancent ! »
C’est un peu, ce que j’ai envie de vous dire, par rapport à ceux et celles qui me « pompent » : « C’est ainsi que les hommes et la science avancent ! »
C’est lui qui disait : « La langue est un dialecte qui a réussi ; car il dispose d’un Etat, d’une police, d’une gendarmerie, d’une armée et surtout d’une école ! » Cette phrase est mémorable car, grâce à elle, nous avons fini d’être complexés. Car dans les années 70, les choses n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui… Nous avons fait un pas immense en avant ! Et plus rien ne nous fera reculer !

YENNAYER ANAYER ! Comme disaient les Anciens !

Publicités

Responses

  1. Bonjour monsieur Allioui, pardon tout d’abord si je m’exprime en français c’est que mon berbère n’est pas parfait, je le comprend bien mais le parle mal. J’ai lu presque tout vos ouvrage et je suis ebloui par les chose qui y sont, si bien que je les relis en boucle, il y’a juste une petite chose qui me gêne, c’est que dans vos ouvrage vous siter parfoi des exemole de mythologie et de conte qui on l’aire fascinant, je pense a :
    -Mazigh mmi-s n Tamla
    -Le mythe du serpent a crane d’acier
    -Le myth de Amzagh le roi qui a mi une poutre dans le ciel pour impressionner ces ennemi
    -le mythe du voleur de paille (voie lacter)
    -l’histoire de Agelman (Kelman selon Ibn Khaldub)
    -de Aggar (Ahaggar)
    Et beaucoup d’autre que vous siter et que je brule en moi de vouloir connaitre.
    Aussi comme je m’interesse enormement a ça je harcele mes grand parent pour qu’il m’en dise toujours plus mais il me dise toujours peut comme si ils voulaient eviter le sujet et je ne connais que quelque element de leurs part concernant la cosmogonie qui semble les effrayer alors que je ne comprend pas dutout pourquoi, beaucoup de vieux on la même reaction qu’eux, ils m’ont cependant raconter des morceau de recit de:
    -Feraɛun : sorte de personnage agressif qui serrai le père des noires
    -de l’origine des juifs et des arabes
    -de l’origine du jour et de la nuit (je sais uniquement qu’il sagit de 2 personnage qui tisse une pelotte blanche et une pelote noire et qui alterne leur travail mais il ne me dise pas tout)
    -aussi que imawlan n dunnith sorte de la terre suivi par un animal dont je n’ai pas compris le nom qui est le pere des animaux sauvage
    -qu’il y’a un arbre geant que des monstre veule detruire
    -que le soleil est sur la tête d’un mouton (je crois, ou d’un belier) car coller sur lui
    Et plein de petit elements mais jamais la totaliter de l’histoire etc.
    De plus quand je demande si c’est des timucuha il me dise « presque » je leur demande qu’est ce que c’est et il evite encore plus le sujet ou me raconte des blague ou des truc comme ca pour que j’oublie, donc je ne connais pas le non de la « cosmogonie » puisqu’il refuse de me le dire. Je sais qu’ils ont une connaissance immense de la mythologie et de la cosmogonie mais ils refuse de me l’apprendre c’est pourquoi je le tourne vers vous avec mes question:
    -pourquoi refusent-ils de m’apprendre cela ?
    -quel est le nom de la cosmogonie ?
    -pourrie vous faire un ouvrage uniquement consacrer a la mythologie et a la cosmogonie svp ?

    Yani w Ḥmed w Saɛid n laɛrc Ayt Waɛrur

    • Azul a Yani,
      Vous m’aviez bien lu ! Car les titres et allusions que vous faites aux personnages mythologiques de nos croyances anciennes, je les ai effectivement cités dans mes ouvrages ; comme l’arbre de vie que les peuples ennemis des Imazighen (appelés « NAINS » dans le récit), veulent à tout prix détruire… Mais, il repousse tous les matins aux premières lueurs du soleil (Essxem).
      A tufat, lehna tafat fell-ak yakw d wid aâzizen fell-ak ! Tanemmirt-ik ay Amusnaw !

  2. Bonjour monsieur Allioui, pardon tout d’abord si je m’exprime en français c’est que mon berbère n’est pas parfait, je le comprend bien mais le parle mal. J’ai lu presque tout vos ouvrage et je suis ebloui par les chose qui y sont, si bien que je les relis en boucle, il y’a juste une petite chose qui me gêne, c’est que dans vos ouvrage vous siter parfoi des exemole de mythologie et de conte qui on l’aire fascinant, je pense a :
    -Mazigh mmi-s n Tamla
    -Le mythe du serpent a crane d’acier
    -Le myth de Amzagh le roi qui a mi une poutre dans le ciel pour impressionner ces ennemi
    -le mythe du voleur de paille (voie lacter)
    -l’histoire de Agelman (Kelman selon Ibn Khaldub)
    -de Aggar (Ahaggar)
    Et beaucoup d’autre que vous siter et que je brule en moi de vouloir connaitre.
    Aussi comme je m’interesse enormement a ça je harcele mes grand parent pour qu’il m’en dise toujours plus mais il me dise toujours peut comme si ils voulaient eviter le sujet et je ne connais que quelque element de leurs part concernant la cosmogonie qui semble les effrayer alors que je ne comprend pas dutout pourquoi, beaucoup de vieux on la même reaction qu’eux, ils m’ont cependant raconter des morceau de recit de:
    -Feraɛun : sorte de personnage agressif qui serrai le père des noires
    -de l’origine des juifs et des arabes
    -de l’origine du jour et de la nuit (je sais uniquement qu’il sagit de 2 personnage qui tisse une pelotte blanche et une pelote noire et qui alterne leur travail mais il ne me dise pas tout)
    -aussi que imawlan n dunnith sorte de la terre suivi par un animal dont je n’ai pas compris le nom qui est le pere des animaux sauvage
    -qu’il y’a un arbre geant que des monstre veule detruire
    -que le soleil est sur la tête d’un mouton (je crois, ou d’un belier) car coller sur lui
    Et plein de petit elements mais jamais la totaliter de l’histoire etc.
    De plus quand je demande si c’est des timucuha il me dise « presque » je leur demande qu’est ce que c’est et il evite encore plus le sujet ou me raconte des blague ou des truc comme ca pour que j’oublie, donc je ne connais pas le non de la « cosmogonie » puisqu’il refuse de me le dire. Je sais qu’ils ont une connaissance immense de la mythologie et de la cosmogonie mais ils refuse de me l’apprendre c’est pourquoi je le tourne vers vous avec mes question:
    -pourquoi refusent-ils de m’apprendre cela ?
    -quel est le nom de la cosmogonie ?
    -pourrie vous faire un ouvrage uniquement consacrer a la mythologie et a la cosmogonie svp ?

    Yani w Ḥmed w Saɛid n laɛrc Ayt Waɛrur

    • Azul a Yani !

      Vos remarques montrent très bien que vous m’aviez bien lu ! Bravo !
      La mythologie kabyle est effectivement un pan de nos croyances ancestrales sur lequel j’avais travaillé pendant une douzaine d’années dans de le cadre d’un doctorat d’Etat… Le décès du Directeur de Recherche (Joseph GABEL) avait mis fin à ce projet. Ce sont donc 1200 pages manuscrites qui attendent d’être exploitées. Aucun éditeur n’acceptera d’éditer un livre qui ne se vendra pas car il sera trop cher. Il a déjà été refusé par un éditeur à qui je l’avais soumis. Il me reste à retravailler dessus en faisant un faisant un travail de synthèse.
      Les vieux qui ne parlent plus de cela aujourd’hui, c’est parce qu’ils ne connaissent pas. Ils sont trop jeunes pour se rappeler de notre mythologie dont ils connaissent quelques bribes. les Anciens sont tous partis… Notre dernier Amusnaw – de mon arch – que nous appelions « Jeddi » est également décédé il y a 5 ans à 105 ans environ. Mon grand-père a disparu dans les années 80 à plus de 110 ans. Et mon père est parti à l’âge de 74 ans… Il ne reste plus de vieilles personnes qui connaissent vraiment notre mythologie. Si vos grands-parents ne veulent pas vous en dire plus ; c’est tout simplement parce qu’ils ne veulent pas vous dire de bêtises sur des croyances qu’ils ont perdues en leur qualité de musulmans croyants et pratiquants. Les Kabyles ne vivent plus le syncrétisme que les Anciens avaient imposé face à toutes les autres religions monothéistes. Les vieux d’aujourd’hui pensent que c’est un pêché que de parler de notre mythologie, car ce sont des croyances considérées comme « païennes ».
      J’espère un jour arriver à faire éditer mon travail sur la mythologie et répondre ainsi à votre soif de savoir… J’ai été enchanté par votre message. Toute mon amitié et ma fraternité.

      • Merci de m’avoir répondu, je vais prier tout les jours pour que ce que j’attend le plus au monde dans ma vie, c’est a dire cette ouvrage de 1200 page soit publier n’y a t’il aucun moyen de le voir ou de l’obtenir quelque soit le prix je le payerai cette chose l’a n’a pas sa valeur en argent ou en bien c’est bien plus que ça j’en tremble rien que d’y penser, c’est au dessus de tout ce que j’espérais un livre de 1200 page de mythologie amazigh, ma race mon peuple mon sang oh mon Dieu c’est incroyable, je vous demande si vous auriez la mabilité de bien vouloir me tenir au courant de ce projet incroyable je vous laisse mon mail afin qui vous puissiez me tenir au courant :

        yanisaidammar@gmail.com

        Tannemirt-ik aṭṭas aṭṭas a mass Yusef

      • Pourquoi un travail de synthèse, pourquoi ne pas tout faire pour essayer de publier se livre pourquoi ??? Il faut absolument que ce livre sorte il le faut c’est le patrimoine sacré de toute une nation qui y est enfermer on peut pas attendre comme ça Matoub l’a dit il n’y a pas d’espoir pour celui qui reste assis à attendre alors il faut que ca sorte, par n’importe quel moyen, même si c’est gratuit et que ça en tire aucun profit il faut que ce livre soit éditer ou que il sorte je sais pas, il y’a pas un moyen de le voir pour nous ? Pour moi ? SVP mass yusef, du laanayak ?

      • Mon cher Yani !
        Un travail de synthèse car il y a des choses que l’on ne peut toujours pas dire… Vous l’aviez vous-mêmes souligné en parlant de vos grands parents… Les personnes âgées ne sont plus les mêmes aujourd’hui et les moins âgés sont encore dans une situation psychologique réactante qui frise la réification, comme nous disons dans notre psy. de souq !
        Merci pour tout ! Je vous tiendrai au courant, si un jour je me remets vers ce travail… Ar tufat, lehna tafat fell-ak !

        Je vous offrirai d’ici demain un texte que les Anciens appelaient « La première prière » (Tasekla tamezwarut). C’est cette prière qui était récitée aussi la veille de Yennayer dans ma famille. Mais, je crois que je l’ai déjà donnée quelque part sur mon blog.

      • Je sus désolé mais vraiment cela me blesse, 1200 pages portant sur des choses si sacrées vont aller à la poubelle, c’est ce que vous me dite, que diraient nos ancêtres en sachant ça ? Que dirai le dernier amusnaw (at-yerḥam Ṛebbi) que notre terre ai portée et qui était de votre arch ? Et que dirai tout les enfants de Maziɣ, tout les imaziɣen aujourd’hui si il savaient que 1200 pages de leurs mythologie était completement laisser de côtée, peut être jeter et considérer comme un vieux journal si ne sert qu’à allumer un feux qui durera quelque minute et s’éteindra pour ne laisser que des cendres que le vent emportera ? Tout ça parce que « il y’a des chose qui ne se dise pas » des petit tabou j’imagine, pour des chose aussi futile on va jeter notre âme, j’ai mal au coeur. Pardon pour ces mots difficiles mais c’est la réalité, le moindre obstacle suffi à nous stoper définitivement, la volonté de certain d’entre nous est tel qu’elle soufflerai ces obstacle comme une tempête arrache une cabane de paille mais seulement nous ne pouvons rien y faire alors que vous si, mais un problème d’édition et de « chose qui ne se dise pas » vous arrête net. Il y’a peut être des choses qui ne se disent pas mais elles peuvent être connu, vous ne savez donc pas que pour qu’un arbre ai un puissant tronc de grosse branche et de belle feuille bien touffu il faut que ces racines soit grosses et profondément plantées dans la terre ??? Etes vous conscient que notre arbre est tout sec ??? Etes vous aussi conscient que ces 1200 pages la sont peut être cette boisson magique qui abreuvera les racines de notre arbre et les rendron invincible jusqu’à la fin des temps ??? Vous avez une certaine connaissance de la paroles des ancien, une connaissance bien supérieur à l’a mienne j’imagine, ne faites vous pas attention à ces paroles de nos ancien :

        Azzel ad d-tawiḍ
        Bedd ad twaliḍ
        Qim ulac.

        Si je pouvais faire le moindre effort pour lire ces pages je le ferai, j’imagine que mes paroles ne changeront rien et pourtant elles devraient, car l’âme de notre peuple ce trouve en parti dans ce livre, et nous n’avons que faire de ce qui ne se dit pas, tabou ou pas si c’est la production de nos ancêtre elle est très bien, si il y’a des choses qui ne se disent pas en publique il n’y a qu’à mettre une notice comme quoi cela ne se dit pas en publique, expliquer les façon de réciter les textes etc.
        Léo Frobenius, un Allemand n’a pas hésité à retranscrire exactement les contes cosmogoniques et mythologiques que lui avait conté des anciens de sont temps, il n’a pas hésité a retranscrire dans les moindres détails ce qu’on lui disai meme quand c’était trrres vulgaire voire affreux ! Et pourtant quel en fut sa peine ! Lui qui ne parlai pas le kabyle imaginé, le conte passai par 3 langues avant qu’il (Léo Frobenius) ne le retranscrive : un kabyle parlai a un français qui parlai allemand et lui retranscrivait. Et nous, nous parlons tamaziɣt mais nous ne pouvons pas faire 1% du travail d’un allemand sur notre propre cosmogonie amaziɣ, c’est affligeant et douloureux si vous saviez à quel point. Vous les avez lu vous et j’imagine que vous êtes satisfait mais nous nan et nous voulons savoir.

        Que la paix et la sagesse soit sur vous, et que vous nous la transmettez inshaAllah, j’espère que vous prendrez compte de ma remarque, je vous souhaite tout le bonheur du monde, que Dieu vous l’accorde.

      • Sachez en tout cas que vous êtes soutenu et que je me propose pour vous aider dans vos démarche si vous avez besoin de quoi que ce soit vous êtes sur de pouvoir compter sur moi même financièrement je suis la tant qu’il s’agit d’aider et de supporter la nation amazigh je suis présent et ce livre est la chose la plus précieuse je pense à mes yeux donc encore une foi je vous laisse mon mail pour que vous puissiez me contactez :

        yanisaidammar@gmail.com

      • Tanemmirt atas atas ! Ak Ig Ugellid Ameqqwran deg’Webrid n tmusni yakw d tisula d laâwayed nnegh ! Y.A.

      • Comment peut on espère une seul seconde que tout Tamazɣa ne devienne pas une photocopie de l’Arabie saoudite si on a ps de base, de culture, de tradition, de héros a nous, de mythologie a nous, pour qu’un belle arbre pousse il faut que des racine soit grande grosse et profonde ! Ce livre vas faire revivre l’âme tout entière de notre peuple c’est la seul chose qu’il manque à notre peuple pour que l’arbre Amaziɣ soit plus grand fort enraciné indestructible et que le monde le vois à sa vrai valeur ! C’est aussi la seul chose qu’il manque pour que les maghrébin arabe ou berbère prennent conscience eux même de LEURS valeurs, comment voulez vous que les arabe maghrébin ne renie pas leurs origine amaziɣ si il pense qu’ils n’ont aucune culture ? UN ARBE POUR ETRE BEAU GRAND ET FORT DOIT AVOUR DES RACINE GROSSE LONGUE ET PROFONDE !

      • Azul a Yani,

        Tanemmirt atas atas af awalen izidanen-ynek ! Yiggwass a d-ughalegh ghur-ek ! Ar tufat, lehna tafat fell-ak !
        Je me ferai un grand plaisir le jour où le ou les ouvrages paraîtront de vous les offrir avec tellement de satisfaction !
        Merci encore pour tout !

    • Azul a Yani,
      En ce moment je travaille sur un livre d’histoire qui nous mène vers un événement important qui nous a permis d’accéder à l’indépendance : Le Congrès de la Soummam ». Ensuite, je vous écouterai en travaillant sur un autre ouvrage où je parlerai un peu de notre mythologie et du calendrier agraire (AMAGAN) et mythologique (ISWI). Merci encore pour vos encouragements.
      Ar tufat, lehna tafat !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :