Publié par : youcefallioui | septembre 7, 2017

Compte et contes… Tu as oublié « La vache des orphelins !? » Alors…

La vache des orphelins… Et ma famille.

Ma grande soeur Zahra : « Tu as écrit beaucoup de contes ? »
Moi : »Quelques uns, seulement, a Nanna ! »
Nanna Zahra : « As-tu écrit sur « La vache des orphelins » ?
Moi : « Mazal, a Nanna ! »
Nanna Zahra : « Alors, tu n’as rien écrit du tout ! » ‘Ihi, ur turid kra nagh kra ! »

Vous allez découvrir pourquoi ma grande soeur a été si sévère avec moi, en lisant ce petit manuscrit où je transcris en kabyle et en français – sur fond de l’histoire de ma famille – le conte aux mille et une versions : « La vache des orphelins » (Tafunast Igujilen).

Il y est question d’une grande dame que les gens de mon village avait surnommée « La Vache des orphelins ».
Une histoire d’amour que seule la Kabylie pouvait nous en donner un exemple qui ne courait pas les contrées !
Ne croyez donc pas ceux et celles qui avaient écrit que les Kabyles n’ont pas de mots pour désigner l’amour… De L’ethnologie coloniale résumée ainsi par une pensée kabyle : « L’étranger ne voit que ce qu’il connaît » (Awerdali, ala ayen yessen i’gettwali !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :